Convergences : étape 1 de la méthode flocon 2


Chose promise, chose due, je vous parle de la méthode flocon. Il s’agit d’une méthode d’écriture très efficace développé pour ceux qui sont organisés ou bien qui aimeraient l’être. Elle est facile à prendre en main et a beaucoup moins tendance à frustrer l’écrivain que les autres « méthodes miracles » que j’ai eu l’occasion de tester auparavant.

Voici un résumé très sommaire de la méthode :

Étape 1 : résumer en une seule phrase simple le sujet général du roman.
Étape 2 : résumer l’histoire en un paragraphe de cinq ou six phrases.
Étape 3 : faire une présentation des personnages principaux, non pas des descriptions, mais un résumé de leurs motivations, de leurs fils narratifs et de ce qui va changer chez eux au cours de l’intrigue.
Étape 4 : reprendre le paragraphe de l’étape 2 et faire de chaque phrase un paragraphe complet, aboutissant à un synopsis en une page.
Étape 5 : faire une description et un résumé d’intrigue, sur une page pour les personnages principaux, plus basique pour les personnages secondaires.
Étape 6 : développer le synopsis de l’étape 4 sur quatre ou cinq pages.
Étape 7 : faire des fiches de personnages complètes, avec background détaillé et synopsis par perso.
Étape 8 : écrire la liste des scènes.
Étape 9 (facultative) : faire une description détaillée de ce que sera le roman (sur une cinquantaine de pages, d’après l’auteur).
Étape 10 : écrire.

Si vous aimez l’anglais (ou du moins que vous ne vus débrouillez pas trop mal), vous pouvez aussi aller voir à la source par ici.

Ici, nous allons donc voir l’étape un plus en détail, grâce à Célia du collectif de bêta-lecture CoCyclics qui a tout traduit en français pour notre plus grand bonheur.

Voici donc :

Avant de commencer à écrire, vous devez vous organiser. Vous devez mettre toutes vos merveilleuses idées sur le papier sous une forme que vous pourrez utiliser. Pourquoi ? Parce que votre mémoire est faillible, et votre créativité a peut-être laisser quelques trous dans votre histoire – des trous que vous devez combler avant de commencer à écrire votre roman. Vous avez besoin d’un document témoin. Et vous avez besoin de le construire en suivant un processus qui ne va pas affadir votre désir d’écrire l’histoire. Voici mon processus en dix étapes pour écrire ce document témoin. Je l’utilise pour écrire mes romans, et j’espère qu’il vous sera utile.

Etape 1) Prenez-vous une heure pour écrire un résumé en une seule phrase de votre roman. Cette phrase va vous servir tout le temps, comme un mémo, un rappel. C’est votre grand tableau.
Quand, plus tard, vous présenterez votre livre à des éditeurs, cette phrase apparaîtra rapidement dans votre lettre. C’est l’accroche que vous fera vendre votre livre à l’éditeur, au comité de lecture, aux commerciaux, aux libraires et même aux lecteurs. Donc, faites-là la meilleure possible.

Quelques trucs pour faire une bonne phrase :

– Plus c’est court, mieux c’est : essayez en moins de 15 mots (je ne sais pas si c’est possible en français ça )
– Pas de noms de personnages ! Préférez un groupe nominal caractérisant (un trapéziste handicapé) plutôt que « Paul Martin »
– Liez le grand tableau au tableau personnel. Quel personnage a le plus à perdre dans l’histoire ? Maintenant dites-moi ce qu’il ou elle veut/peut y gagner.

J’ai donc fait turbiner mon petit – mais ô combien puissant – cerveau pendant une petite heure sur Convergences, mon projet actuel de roman, et voilà le résultat :

Des jeunes d’une guilde inter-universelle doivent arrêter une guerre dévastatrice causées par un ennemi héréditaire.

A la fois génial et alléchant, non ? (dites oui !) Court (16 mots seulement), pas de noms de personnages, et vu qu’il y a plusieurs personnages principaux, leur intérêt commun.

Bon ce n’est pas encore parfait, mais j’y reviendrais forcément un jour ou l’autre. Au moins, maintenant, les bases sont posés et permettent de cerner en une phrase le concept de votre histoire. pourquoi seulement le concept ? Allons, ne me dites pas que ces quelques mots dévoilent vraiment toute l’histoire. Il s’agit seulement de poser les bases qui vous permettront (ou dans le cas présent, ma modeste et indispensable personne) de ne pas vous écarter de la ligne directrice des aventures que vous écrivez et diminuera très fortement le risque de hors sujet. Et si vous en déviez, c’est soit que vous  devez réécrire ce qui ne va pas, soit procéder à quelques ajustements.

Car rappelez-vous : il s’agit d’une aide, et c’est vous l’écrivain.

Pour le prochain billet, je pense aborder l’étape deux, à moins que je n’arrive à finir un de mes longs articles de fond qui patientent dans les tiroirs. Ah, et traduire le post de ce soir en anglais, aussi.


Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Convergences : étape 1 de la méthode flocon

  • Kikart

    Contet de voir que tu n’es pas mort ! =)

    En effet, il s’agit là d’une excellente technique, simple au premier abord, mais terriblement efficace ! Sauf qu’elle n’est pas si évidente qu’elle n’y paraît. ^^

    Bonne continuation vieux 🙂

  • Kikart

    Content de voir que tu n’es pas mort ! =)

    En effet, il s’agit là d’une excellente technique, simple au premier abord, mais terriblement efficace ! Sauf qu’elle n’est pas si évidente qu’elle n’y paraît. ^^

    Bonne continuation vieux 🙂