Le cauchemar du calendrier


Montre

Il est grand temps de s’occuper du temps. (CC-BY-SA-3.0)

Ou « Comment gérer des journées de vingt-cinq heures sans devenir barjo ».

(Avertissement solennel: ce billet est d’une objectivité parfaite et il ne viendrait jamais à l’esprit de l’auteur d’être de mauvaise fois. Ou pas).

Rassurez-vous, je ne parle pas de mes heures à moi (quoique, une solution pour gérer des journées de simplement 24 h ne serait pas superflue). Non, je parle juste du nombre d’heures composant les jours d’Endertyl, planète d’un univers parallèle qui sera présente dans de nombreuses histoires de la saga de science-fantasy Durnakans. Entre autres, elle sera présente dans Seuils de Convergences (titre de travail), un premier roman sur lequel je planche depuis plusieurs années. Il en est à sa 7e version, recyclage et amélioration de mon style d’écriture oblige, mais pas que. En effet, je me suis rendu compte qu’un des points de blocage majeurs de l’histoire était le manque de calendrier adapté à Endertyl.

Pour être honnête, j’ai souvent trouvé étrange que de nombreux mondes de fiction possédaient un nombre d’heures par jour et de jours par an semblable à celui de la Terre. Ou bien s’arrangeant avec de petites ellipses vagues bien pratiques (« quelques jours plus tard », « après un repos bien mérité », etc. , et j’en passe des meilleures). Ok, c’est très pratique pour l’auteur qui n’a pas à s’arracher les cheveux pour créer un nouveau système de temps, ou plus simplement un calendrier. Ok, c’est difficile de gérer et d’expliquer une chose pareille sans tomber dans de la Hard Science-Fiction ennuyeuse (on me souffle à mon oreillette que la Hard SF est toujours ennuyeuse). Et ok, si j’en crois mes informations, les humains vivent sur Terre, et il s’agit là d’un pur réflexe de Terrien, lié à nos habitudes. Mais le récit perd aussi terriblement en cohérence, et donc en crédibilité, ce qui vous retombera forcément dessus à un moment ou un autre de l’histoire (surtout si le monde créé est exploré par de longues/nombreuses histoires). Et à moins d’avoir un style suffisamment bon, et donc expérimenté, vous allez forcément vous planter dans un premier roman (ou dans le suivant, chaque pirouette stylistique étant toujours plus risquée). Allez, j’ose le dire: je trouve cela pas du tout original. Je dirais même que ça craint un peu.

*se baisse pour éviter les tomates pourries*

Vous comprenez donc pourquoi j’ai choisi de varier un peu par rapport aux récits. Ainsi, assez tôt dans l’écriture de mon premier roman j’ai décidé sur un coup de tête après mure réflexion qu’Endertyl aurait des jours de 25 heures.  Si jeune, et déjà un maître de l’originalité! Ou alors c’était juste parce que ça me semblait cool sur le moment.

Concernant Endertyl, trois informations au moins sont indispensables pour comprendre comment  « marche » la planète :

– Les journées comportent 25 heures. À peu près. Comme les 24 heures de la Terre, les choses étant assez complexes comme ça.

– Endertyl tourne autour de son soleil en exactement le même nombre d’heures que la Terre, soit 8766. Ouais, bon, je sais, je vais me faire tacler par les auteurs « 24 heures par jour » pour ma flemme, mais si vous voulez complexifier d’avantage, vous n’avez qu’à le faire vous même. Ou faire de la Hard Science-Fiction.

– Dans Seuils de Convergences, on s’approche de l’an 10 000, pas de l’an 1. Impossible de partir de l’année de référence (l’an 1) sans faire une énorme liste de feuilles Excel qui flingueront votre disque dur, votre mémoire vive et/ou votre vie sociale si vous voulez terminer votre histoire. Je ne vous parle même pas de mon cas, où d’autres histoires se déroulent plusieurs milliers d’années plus tard.

Après avoir donc fait une croix (hélas provisoire, j’y reviendrais une autre fois) sur l’idée d’un calendrier détaillé, j’ai opté pour des opérations nettement moins compliquées. Mais voyez plutôt.

Sur Terre, un jour compte environ 24 heures, un mois 28 à 31 jours, une année 365,25 jours, ce qui se traduit dans la réalité par les fameuses années bissextiles.

Pour Endertyl, je voulais un calendrier avec peu de décalage entre les années (exit donc l’année à la chinoise), utilisé par une grande partie de la population de ce monde, et sans avoir besoin de taper la tête du lecteur contre un mur dans l’espoir de lui faire rentrer des trucs indigestes. Bref, un compromis utilisable dans mon roman et par le lecteur (et par moi). Un jour compte environ 25 heures, comme je disais plus haut, une année compte 350,64 jours (soit environ 50 semaines de 7 jours), ce qui donne 10 mois de 29 jours et 2 mois de 30 jours.

Sauf que si je m’arrêtais là, j’aurais un gros problème : il reste un excédent de 0,64 jours par an. Comment le compenser de façon cohérente ? Par les jours intercalaires, du même genre que le célèbre 29 février. Reprenons la calculette et voyons voir… Ajouter un jour intercalaire les années paires fait redescendre l’excédent à 0,14 jours par an. En cumuler un autre pour chaque année divisible par cinq (se finissant par 0 ou 5) le ramène à 0,04 jours par ans. Enfin, en cumuler un dernier pour les années divisibles par 25 (se finissant en 00, 25, 50, et 75) le supprime complètement.  Mission accomplie ! \o/

Une année endertylienne fait donc 350 à 353 jours.

Afin d’effacer votre regard devenu vitreux sous ce déluge de chiffres, voici un petit extrait de ce nouveau calendrier endertylien aux alentours de l’année 1 000 :

Année

Multiple de 2 (+1 jour si oui)

Multiple de 5 (+1 jour si oui)

Multiple de 25 (+1 jour si oui)

Total

997

350

998

351

999

350

1000

353

1001

350

1002

351

1003

350

1004

351

1005

351

1006

351

1007

350

1008

351

1009

350

1010

352

1011

350

1012

351

1013

350

1014

351

1015

351

1016

351

1017

350

1018

351

1019

350

1020

352

1021

350

1022

351

1023

350

1024

351

1025

352

1026

351

1027

350

  Et vous ? Avez-vous déjà été marqués par des mondes de fiction qui correspondent exactement (et désespérément) au calendrier grégorien de la Terre ? Ou bien à l’inverse de calendriers originaux réussis/compliqués/flous ?  Si vous êtes écriveur (ou autre type de créateur), avez-vous déjà testés systèmes temporels non standards « réels » (chinois, hébraïque, musulman, martien — oui,  martien—, …) ou non ?

(À suivre, car les problèmes ne sont pas finis…)

PS : si vous ne comprenez *vraiment* pas ce calendrier de jours en 25 heures, n’hésitez pas à poser des questions en commentaires (ils sont là pour vous). 😉

Laisser un commentaire