Skin deep : Orientations 1


De Kory Bing. 2013. Tome de bande dessinée (roman graphique) en anglais. Très bonne lecture qui va au-delà de son résumé stéréotypé.

Résumé original (en anglais) : Imagine myths are real. Imagine finding out that you’re one of them. Michelle expected college to be challenging, but nothing could have prepared her for the revelation that her new friends are more than human–and that Michelle herself is the last survivor of an ancient race of mythical shapeshifters. Worse yet, Michelle’s magical awakening hasn’t gone unnoticed: as she struggles to come to terms with her own terrifying transformation, forces far greater are gathering around her, drawn by powers she’s only beginning to understand…  ”

Résumé traduit (en français) : Imaginez que les mythes sont réels. Imaginez découvrir que vous êtes l’un d’entre eux. Michelle s’attendait à ce que l’université soit source de défis, mais rien n’aurait pu la préparer à la révélation que ses nouveaux amis soient plus qu’humains– et que Michelle elle-même soit la dernière survivante d’une ancienne race de métamorphes mythiques. Pire encore, l’éveil magique de Michelle n’est pas passé inaperçu : alors qu’elle lutte pour digérer sa propre transformation, des forces bien plus grandes se rassemblent autour d’elle, attirées par des pouvoirs qu’elle commence à peine à comprendre… ”

Skin Deep est tout d’abord un roman graphique en ligne (comprenez : une bande dessinée très très longue disponible sur le web) publiée depuis 2006 à l’adresse skindeepcomic.com et mise à jour chaque semaine avec une nouvelle planche. L’auteur ayant obtenu suffisamment de lecteurs, elle a lancé il y a quelques mois dans un projet de financement participatif sur Kickstarter pour payer l’impression des premiers chapitres. Projet auquel j’ai participé. Il va sans dire que le Kickstarter fut un succès, puisque mes livres sont arrivés il y a peu et sans trop de soucis. Voilà pour la petite histoire, maintenant place à la critique. 🙂

À vrai dire, je connaissais déjà  le site internet de la BD et j’avais déjà lu la version webcomic avant de participer au projet sur Kickstarter. Les tomes 1 et 2 concernant logiquement le début de l’histoire, que je n’avais pas lu depuis un certain temps je me suis donc surtout contenté de m’y replonger en m’imaginant dans la peau d’un nouveau lecteur, commençant avec le tome 1.
D’abord, au niveau de l’objet livre lui-même, celui-ci. la couverture est souple, mais avec des rabats qui protègent tout de même. Ma bibliothèque étant pleine à craquer et vu le nombre important de pages, économiser cinq millimètres d’épaisseur est un plus appréciable. Enfin, le papier est de bonne qualité et les couleurs sont bien rendues malgré une odeur d’encre et de papier assez forte et persistante.

Les planches ont été dessinées entre les débuts du webcomic en novembre 2006 et août 2008. Le style est d’abord marqués par des trais gras et avec peu de détails pour ensuite s’affiner (s’améliorer ?) au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, mais j’ai trouvé l’évolution suffisamment douce pour éviter d’être sorti du récit. On constate aussi une amélioration visible au fil des pages, l’auteur acquérant de l’expérience au fil du temps. Le texte a aussi été corrigé, ce qui améliore le confort de lecture.
À propos de l’histoire en elle-même, en bon premier tome qui se respecte, on se contente surtout de découvrir les personnages et il y a plus de questions soulevées que de réponses apportées. Mais c’est intéressant, notamment le traitement qu’a fait l’auteur au sujet des animaux mythologiques en s’appropriant un bestiaire riche et varié, sans se cantonner à une seule aire culturelle (j’ai en fait découvert un grand nombre d’animaux mythologiques dont je n’avais jamais entendu parler avant). Les personnages principaux sont attachants, l’humour et le drame sont bien dosés et les méchants sont loin des stéréotypes, ce que j’ai trouvé rafraîchissant. Pour donner un seuil d’âge, je dirais que cette bande dessinée peut sans lire sans soucis à partir de douze ans, voire 10 ans pour les têtes blondes plus matures que la moyenne.
Le livre a aussi des suppléments à la fin. J’ai trouvé ces bonus instructifs mais placés de façon un peu confuse, notamment concernant la section « Extra Art ».

 

Bref, si vous vous débrouillez plutôt bien en anglais et que vous avez envie d’une bonne lecture de fantasy, je vous recommande absolument d’essayer de lire le webcomic sans avoir peur des changements de style. Voire d’acheter le livre pour soutenir l’auteur si l’histoire vous plaît, si vous avez suffisamment de sous pour vous offrir un envoi international, voire si lire à l’écran vous fatigue.

Laisser un commentaire

Commentaire sur “Skin deep : Orientations